Formation > L’enseignement universitaire > Les différentes filières > Sciences de l’ingénieur

Ingénieur civil, une profession en pénurie

Un ingénieur utilise des compétences scientifiques et techniques en vue de répondre à des besoins en tenant compte de facteurs humains, économiques et sociaux : voilà qui définit une profession profondément impliquée dans la vie sociale, un métier passionnant et un projet généreux. Il n’existe pas une profession d’ingénieur, mais bien une grande variété de professions, qui évoluent rapidement et de façon imprévisible. Le même diplôme peut conduire un ingénieur sur le chantier d’une centrale électrique en Amérique du Sud ou dans le centre informatique d’une grande banque à Bruxelles !

La valeur ajoutée est de plus en plus importante et le travail créatif, le travail intellectuel de l’homme, est le seul qui compte. La matière grise est prédominante, c’est-à-dire non seulement l’intelligence rationnelle, mais aussi la sensibilité, l’intelligence du cœur, tout ce qui fait qu’un ingénieur c’est aussi et d’abord un homme.

Mais quelles sont les caractéristiques essentielles d’un ingénieur ?
Un inventeur et un entrepreneur : réduit à quelques grand traits, l’ingénieur est, comme tout scientifique, un curieux (esprit scientifique), un mécontent (esprit critique). Il est également, plus spécifiquement un inventeur (esprit créatif), un entrepreneur (orienté vers l’action et le résultat), un leader (animateur d’une équipe). Dans un environnement humain, il doit faire face à un contexte de travail en équipe, où les équipes mettent en jeu divers niveaux et diverses natures de compétences, de jugement objectif, où ses réalisations doivent satisfaire aux réalités économiques et techniques, quel que soit le prestige de sa signature, de concurrence, étendue à l’échelle mondiale, et de jugement subjectif, comme tout un chacun...

Les universités tirent le signal d’alarme

Les facultés de Sciences appliquées n’arrivent pas à répondre aux besoins pressants des entreprises. Alors que celles-ci leur font les yeux doux, les ingénieurs manquent à l’appel. Cette situation est d’autant plus paradoxale que, dans notre société minée par le chômage et la multiplication des licenciements, les ingénieurs sont pratiquement certains de trouver du travail dès la fin de leur formation. Comment expliquer alors le manque d’intérêt des futurs universitaires pour ces études prometteuses ?

Il semblerait que l’examen d’entrée, bien qu’indispensable pour vérifier leurs capacités, décourage beaucoup d’étudiants. Pourtant, les résultats obtenus sont encourageants : le taux de réussite, cumulé sur les sessions de juillet et septembre, atteint 75 %.
Mais l’image de l’ingénieur sur le chantier ou en usine laisse peut-être aussi les jeunes perplexes. Présenté souvent comme le responsable de la pollution ou de tous les maux techniques qui accablent la société, le métier souffre d’une méconnaissance préjudiciable. Or, les choses ont changé.
Contrairement à bien des idées reçues, le métier d’ingénieur est résolument tourné vers le progrès technique, l’utilisation rationnelle des ressources et l’amélioration de la vie quotidienne. L’infrastructure routière, le GSM, la télévision par câble ou par satellites, le micro-ondes sont autant d’exemples qui témoignent du rôle concret tenu par les ingénieurs dans la société. À l’avenir, les nouveautés technologiques, tant dans le domaine de l’informatique que dans celui de la connaissance des matériaux ou de l’étude de l’infiniment petit, permettront aux chercheurs de répondre à une demande de plus en plus exigeante.

Si le métier d’ingénieur évolue sans cesse au gré des choix de société, son statut s’est aussi considérablement modifié. Ainsi, à côté des cadres intégrés dans une structure, se développent de nouvelles carrières d’ingénieurs-conseils, d’ingénieurs-experts ou de créateurs d’entreprises. Et, en s’orientant vers le secteur tertiaire - banques, assurances, administrations, etc. - ou dans des domaines tels que la recherche médicale, les technologies de l’information ou la chimie, le métier devient de moins en moins physique.
Aussi la solution à la pénurie actuelle d’étudiants viendra-t-elle peut-être des étudiantes... Grâce aux nouvelles conditions de travail, les femmes pourront, plus aisément, opter pour un emploi qualifié et bénéficier d’une rémunération attrayante.

Dans la même rubrique

Masters complémentaires