Formation > Masters / MBA

Executive MBA : êtes vous prêts ?

Le MBA, même dans sa version "executive" c’est à dire adaptée aux emplois du temps des salariés, est une formation exigeante. Sa réussite dépend essentiellement d’un bon timing : le bon MBA au bon moment de sa vie professionnelle mais aussi personnelle. Est-ce le bon moment pour vous ? Petit guide pratique en huit points.

Généralement accessible en part-time avec horaires aménagés (vendredis et samedis, soirées, voire week-ends), l’executive MBA est une formation exigeante. Outre une organisation sans faille, elle n’est pas à conseiller à n’importe quel moment de la carrière, mais aussi de la vie privée... L’executive MBA s’adresse à des personnes qui :

1 - possèdent déjà une première expérience professionnelle comprise entre 5 et 10 ans.

2 - sont déjà bien lancés dans leur carrière et identifiés comme hauts potentiels. Un executive MBA est conçu pour booster une carrière ascendante. Il ne faut pas en attendre de solution miracle, au risque de perdre du temps et de l’argent.

3 - ont un projet professionnel solide avec une volonté de s’ouvrir sur l’international, notamment sur les pays anglo-saxons. Pas besoin de MBA pour travailler une petite PME nationale avec des clients franco-français !

4 - ont un bon niveau d’anglais.

5 - ont une tournure d’esprit plutôt scientifique car les tests d’entrée en MBA de type GMAT favorise les profils ayant une grande capacité d’analyse et de raisonnement logique. Ce n’est pas un hasard si les promotions de MBA accueillent beaucoup d’ingénieurs...

6 - aiment travailler en équipe car les études de cas se font en groupe.

7 - ont quelques économies car, outre les frais de formation élevés, il faut gérer les « à côté » de type logement, repas etc.

8 - sont disponibles aussi bien physiquement qu’intellectuellement. A bannir : les grandes distances géographiques, le fait de mener de front un MBA tout en attaquant un nouveau job, l’arrivée d’un enfant ou la gestion en parallèle d’un enfant en bas âge, surtout pour les femmes.

En résumé, toute la difficulté consiste à choisir le bon moment : ni trop tôt, c’est-à-dire en amont d’une carrière en train de s’étoffer, mais pas trop tard non plus. L’idéal est de se lancer après quelques années (au moins deux à trois ans) dans la même entreprise, à un poste que l’on maîtrise parfaitement. Bref, il s’agit mener à bien le travail quotidien avec suffisamment de facilité pour aborder le MBA avec sérénité.

C.G.

Dans la même rubrique

Choisir son MBA
Les réponses à vos questions
Masters

A lire également