Envoyer cet article à un ami

Santé

L’allergie au soleil

Les premiers rayons du soleil pointent leur nez et vous n’avez qu’une seule envie : en profiter pour vous offrir un teint hâlé et dégoûter les collègues à la rentrée. Seulement, quand une allergie vient gâcher vos rêves de peau dorée il faut réagir vite avant de se retrouver avec des boutons et des démangeaisons qui vous obligeront à passer l’été à l’ombre.
Par Olivia Bazenet.

L’allergie au soleil résulte d’une réaction de la peau due à une exposition aux UVA. On distingue plusieurs types de réactions allergiques :

- La lucite estivale bénigne (veut dire problème de peau lié à la lumière) apparaît quelques heures après l’exposition solaire sous forme de petits boutons entraînant des démangeaisons importantes, qui s’installent généralement sur les parties du corps exposées avec une prédilection pour le décolleté, les épaules, les bras et les jambes (le visage est épargné). Cette éruption cutanée, aussi inconfortable qu’inesthétique, disparaît généralement au bout de quelques jours, à condition de supprimer toute exposition au soleil.
La lucite estivale bénigne n’est pas une fatalité, elle touche pas moins de 10 % des adultes, en particulier les femmes (90 % des allergies solaires) et elle apparaît entre 15 et 25 ans, de façon chronique.

- La lucite polymorphe est un peu plus gênante puisqu’elle peut atteindre toutes les parties du corps exposées, dès les premières lueurs du soleil, à la sortie de l’hiver. Les symptômes sont les mêmes que pour la lucite estivale mais même le visage peut être atteint et l’arrêt de l’exposition au soleil est impératif pour ne pas ressembler à du chorizo !

- L’urticaire solaire est une autre forme allergique assez rare qui peut gâcher votre été. Elle se manifeste par une éruption très vive qui apparaît moins de cinq minutes après l’exposition au soleil et qui disparaît aussi vite une fois à l’ombre. L‘urticaire solaire affecte même les zones qui ne sont pas exposées au soleil. Un médecin la diagnostic assez facilement grâce à la pratique d’un photo-test, qui reproduit le même type de réaction cutanée à la lumière en cas d’urticaire.

- Attention aux interactions médicaments/cosmétiques/soleil
La sensibilité de la peau aux UV peut être augmentée par la prise de certains médicaments ou l’application de cosmétiques. Les médicaments dits photosensibilisants entraînent des réactions chimiques, plus ou moins graves, lorsque la peau est en contact avec les rayons du soleil. Deux types de réactions peuvent survenir :
- Une réaction phototoxique, qui se caractérise par un érythème (rougeurs et boutons contenant du liquide) du type « coup de soleil », survenant juste après l’exposition aux UV.
- Une réaction photoallergique présente les mêmes symptômes mais elle survient sur l’ensemble du corps, généralement 48 heures après l’exposition et après la 2e prise du médicament.

Certains antibiotiques, anti-inflammatoires et des traitements spécifiques (cancer, rhumatologie, cardiologie, dermatologie...) peuvent induire des réactions allergiques avec le soleil, il est donc primordial de se renseigner auprès de son médecin ou de son pharmacien avant de continuer un traitement si l’on veut s’exposer au soleil.

Certains cosmétiques, en particulier les parfums, eaux de Cologne ou crèmes peuvent entraîner des allergies au soleil, il est donc préférable de ne pas les utiliser avant de lézarder, ou au pire, d’appliquer son parfum derrière les oreilles. Le comble est que certaines peaux réagissent à la crème solaire, dans ce cas, procurez-vous une crème testée par des dermatologues et demandez conseil à votre pharmacien.

Rien ne vaut la prévention pour passer vos vacances à l’abris de ces désagréments cutanés : une exposition progressive et l’usage de crèmes solaires à indices de protection anti UVA et UVB (minimum indice 15) sont les mots d’ordre. Il est préférable d’éviter les séances de bronzage aux heures les plus chaudes de la journée et si une éruption pointe son nez, mettez-vous à l’ombre rapidement et gardez vos vêtements pendant quelques jours.

Il faut savoir que ce type de réactions allergiques revient souvent d’une année à l’autre et que vous pouvez suivre des traitements préventifs comme des antipaludéens de synthèse, une cure de vitamine A, des compléments en bétacarotène ou encore une PUVA thérapie, qui consiste en une photothérapie par rayons UV en cabine, pratiquée par un dermatologue sur une quinzaine de séances.

Si vous êtes sujet aux allergies solaires, consultez un médecin avant de partir, histoire de ne pas vous priver de votre dose précieuse de soleil.

Dans la même rubrique

Stress
Alimentation
Médecine douce
Soleil
En pratique