Formation > L’enseignement universitaire > Les différentes filières > Sciences agronomiques et ingénierie biologique

Le master bioingénieur en sciences agronomiques

La formation bioingénieur : sciences agronomiques est une formation de deuxième cycle. Sa réussite est sanctionnée par le grade académique de master Bioingénieur : sciences agronomiques.

- Programme et objectifs de la formation

Ce master s’inscrit dans l’évolution actuelle du monde agricole et vise à redéfinir la place de l’agriculture dans le développement territorial et la gestion des ressources naturelles.
Ainsi, le cursus est axé sur la gestion durable des agro-systèmes et des espaces ruraux. Il aborde les productions végétales et animales en intégrant les exigences nouvellement posées par la société en matière de qualité des produits, de risques environnementaux et de conservation de la biodiversité. Il fournit également des outils pour une gestion intégrée des espaces ruraux et des milieux naturels, en analysant l’impact des activités humaines sur les processus écologiques à diverses échelles.

-  Finalité

Le master Bioingénieur : sciences agronomiques propose uniquement la finalité spécialisée, qui vise l’acquisition de compétences professionnelles particulières.

Conditions d’admission au master

Ce master est accessible :
- sans aucune restriction aux porteurs d’un grade académique universitaire de bachelier en Sciences de l’ingénieur, orientation bioingénieur ;
- aux porteurs d’un grade académique universitaire d’un autre domaine d’études répondant aux conditions d’admission définies par chaque université (passerelles internes) ;
- sans aucune restriction aux porteurs d’une attestation de réussite de l’année préparatoire au master Bioingénieur : sciences agricoles ; - aux porteurs d’un grade académique non-universitaire de bachelier professionnalisant en Agronomie, AESI en sciences, en Chimie, moyennant une année préparatoire de 60 ECTS ;
- aux porteurs d’un grade académique non-universitaire de master Architecte paysagiste, Ingénieur industriel en agronomie, en Sciences agronomiques, en Sciences de l’ingénieur industriel finalité biochimie, en Sciences de l’ingénieur industriel finalité chimie, en Sciences industrielles finalité biochimie, en Sciences industrielles finalité chimie, moyennant une formation complémentaire de 15 ECTS au maximum ;
- aux porteurs d’un grade académique non-universitaire de bachelier de transition en Sciences agronomiques, moyennant, après vérification des connaissances par le jury, soit une année préparatoire de 60 ECTS soit une formation complémentaire de 15 ECTS au maximum ;
- aux porteurs d’un grade académique non-universitaire de bachelier de transition en Sciences industrielles, moyennant une année préparatoire de 60 ECTS ;
- aux porteurs d’un autre grade académique universitaire belge et aux porteurs d’un titre ou grade étranger, si ce titre ou grade sanctionne des études de premier cycle et est valorisé par le jury pour au moins 180 ECTS, moyennant un programme de cours complémentaire de 15 ECTS au maximum ;
- aux porteurs d’un grade académique similaire à ceux visés aux points précédents, délivré en Communauté flamande, en Communauté germanophone ou par l’Ecole royale militaire, et aux porteurs de grades académiques étrangers reconnus équivalents aux mêmes conditions ;
- à toute personne qui, au terme d’une procédure d’évaluation de ses savoirs et compétences acquis par expérience personnelle ou professionnelle correspondant à au moins cinq années d’activité, sans tenir compte des années d’études supérieures échouées, se voit imposer un maximum de 15 ECTS complémentaires pour accéder au master.

Année préparatoire

Certains bacheliers ne peuvent entamer directement un master Bioingénieur : sciences agricoles. Ils doivent tout d’abord réussir une année préparatoire.

Perspectives professionnelles

Les domaines d’applications sur lesquels débouche la formation sont variés. L’environnement, l’agronomie, l’aménagement des territoires, la chimie… sont autant de secteurs dans lesquels le bioingénieur pourra s’épanouir. Il travaillera notamment dans l’industrie, les administrations (nationales et internationales), les bureaux d’études mais également dans l’enseignement et la recherche.

Dans la même rubrique

Masters complémentaires