Formation > L’enseignement universitaire > Les différentes filières > Philosophie

Etudier l’éthique

L’éthique est une discipline pratique qui établit des critères pour juger si une action est bonne ou mauvaise et pour juger les motifs et les conséquences d’un acte. Il existe différentes formes d’éthique qui se distinguent par leur degré de généralité et par leur objet (comme la bioéthique, éthique des affaires ou l’éthique de l’informatique) ou par leur fondement (qui peut être la religion, la tradition propre à un pays ou à un groupe social ou un système idéologique).
On confond souvent éthique et morale. Mais ici, il faut comprendre le mot « éthique » comme désignant une réflexion théorique portant sur des pratiques et sur les conditions de ces pratiques.

Plusieurs domaines sont étroitement associés à l’éthique. L’éthique est tout d’abord inséparable de la philosophie, à tel point qu’il est même courant de la confondre avec la philosophie morale. En effet, on considère souvent que l’éthique est une des branches principales de la philosophie, et plus particulièrement de la philosophie morale. L’éthique est en outre intimement liée à la méta-éthique. Celle-ci a pour objet d’analyser la nature des énoncés, des normes et des procédés de l’éthique. Elle constitue la discipline qui permet à l’éthique un retour réflexif sur elle-même. Un autre grand domaine inséparable est la politique ou plus précisément la philosophie politique qui étudie les questions relatives au pouvoir politique, à l’Etat, le gouvernement, la loi, la politique, la paix, la justice entre autres. En fin, il est traditionnel de lier éthique et philosophie de l’action qui a pour objet les problèmes relatifs à l’action humaine, à sa nature, ses motivations et à l’intentionnalité.

Le champ de réflexion de l’éthique est donc large et ouvre de large perspectives.

Conditions d’admission

Le master est accessible :
- directement aux porteurs du grade académique universitaire de bachelier en Philosophie
- aux bacheliers porteurs d’un certificat universitaire en philosophie et moyennant programme complémentaire de maximum 15 ECTS
- aux bacheliers ayant réussi une épreuve d’admission et moyennant programme complémentaire de maximum 15 ECTS
- aux bacheliers ayant suivi une mineure en Philosophie et moyennant programme complémentaire de maximum 15 ECTS
- aux porteurs d’un grade académique de licencié en Philosophie ou de maître en Philosophie
- aux porteurs d’un grade académique universitaire de 2e cycle de base moyennant programme complémentaire de maximum 15 ECTS

Dans la même rubrique