Formation > L’enseignement universitaire > Les différentes filières > Sciences dentaires

Les diverses spécialités dentaires

Le dentiste participe au maintien du bien-être général du patient en lui apportant la santé buccale ; les dents ne s’avèrent plus source de troubles physiques ou relationnels.

Peu à peu, la profession se constitue en deux spécialités.
Le dentiste généraliste s’occupe, d’une part, des soins conservateurs et, d’autre part, du placement des prothèses. Dans le premier cas, il s’occupe surtout de l’élimination des caries et de l’obturation des cavités. L’antique plombage disparaît au profit des amalgames. La dent délabrée est reconstituée à l’aide d’une couronne. Dans les cas extrêmes, elle est extraite et remplacée par une prothèse amovible ou fixe (un dentier, un bridge ou un implant). La prothèse vise à rétablir la fonction masticatoire et l’esthétique.
L’orthodontiste traite, via divers appareillages, les anomalies dans l’implantation des dents chez l’enfant, l’adolescent ou l’adulte. Il se soucie également des troubles liés à la forme, à la position et à la fonction des mâchoires.

Par ailleurs, des praticiens se spécialisent dans des disciplines qui ne sont pas encore officiellement reconnues.
La pédodontie se consacre aux soins dentaires chez l’enfant, souvent différents des ceux des adultes. L’accent se porte sur l’approche psychologique et la prévention.
La parodontologie veille à la santé de nos gencives et lutte contre les déchaussements.
L’endodontie ne concerne que quelques dentistes, préoccupés par la racine des racines et la pulpe.

Les qualités requises

L’acquisition des connaissances scientifiques de base et la formation théorique dentaire nécessitent les qualités intellectuelles requises de tout étudiant universitaire.
La dextérité manuelle constitue un atout ; une habileté suffisante s’acquiert par les exercices proposés au début du deuxième cycle grâce à une bonne compréhension du but à atteindre.
L’art du contact humain se révèle indispensable à la pratique face à des patients souvent inquiets, voire anxieux. L’approche de la douleur vécue ou crainte complète une bonne formation.

Dans la même rubrique

Masters complémentaires