Formation > L’enseignement universitaire > Les différentes filières > Sciences dentaires

Les conditions d’accès à l’exercice de la dentisterie

Au même titre que l’offre médicale, l’offre dentaire est limitée par l’Etat fédéral depuis 2002.
Dans le cadre de la limitation de l’offre médicale et dentaire, le projet de décret de Mme Simonet (approuvé le 21 juin 2005 par le Parlement de la Communauté française) organise une sélection à l’issue de la 1e année de bachelier en médecine et en sciences dentaires.

Brièvement :
1. Les étudiants classés en ordre utile au concours organisé au terme de la 1ère année (ceux qui réussissent l’année) recevront une attestation d’accès à la 2e année de bachelier en médecine ou en sciences dentaires selon la filière choisie en 1e année.
2. Les étudiants qui obtiennent 60 crédits mais qui ne sont pas classés en ordre utile (et donc échouent) pourront s’inscrire en 2e année de bachelier d’une autre section telle que la pharmacie ou les sciences biomédicales avec un complément de cours d’un maximum de 12 crédits.
3. Les étudiants qui échouent l’année d’études peuvent :
- recommencer une seule fois la 1e année de bachelier et ne bénéficieront d’aucun report de note ;
- valoriser les crédits éventuellement accordés par le jury dans une autre filière d’études (bachelier en pharmacie, sciences biomédicales, sciences de la motricité, kinésithérapie) ;
- se réorienter vers l’enseignement supérieur hors université, selon des modalités que la Communauté française doit définir.

Les quotas imposés par le gouvernement fédéral restent d’application. Au terme de la 7e année d’études, l’accès aux disciplines dont les prestations sont remboursées par l’INAMI (médecine spécialisée et médecine générale / dentisterie, parodontologie et orthodontie) est réglé par des concours organisés pour chaque spécialité.

Dans la même rubrique

Masters complémentaires